à l'affiche...

                                                                  *** 

 

 

Camille ad honores

LE MERCREDI 25 MAI à 20h30

Salle Grand Ecran

puis le 3 juin, 1 et 2 juillet, 20h30 au Petit Théâtre du Neufpré

10 mars 1913 - Atelier de Camille Claudel

Deux infirmiers forcent la porte. Comme Camille s’est barricadée, ils sont obligés de passer par la fenêtre. Quelques minutes plus tard, ils la balancent dans leur fourgon.
Direction : l’asile de Ville-Evrard à Neuilly-sur-Marne. Raison de l’internement : démence paranoïde avec délire de persécution. Camille a 48 ans. La voilà enfermée pour toujours. Jusqu’à sa mort, 30 ans plus tard.


Comment en est-on arrivé là ? L’internement était-il inévitable ?


La pièce Camille Ad Honores, publiée en 2008, remonte le fil du temps et invite les spectateurs à s’interroger. Sur le destin tragique de Camille. Sur sa fameuse « folie ». Plus généralement, sur notre rapport à la folie : celle des êtres qui nous sont chers et qui, parfois, s’éloignent de nous. Lentement, et irrémédiablement. Que nous ne comprenons plus.
Sa pièce nous convie à regarder, la folie de Camille (si folie il y eut) droit dans les yeux. À l’état brut. Dans toute sa nudité. En train de « se créer », le temps de quelques scènes. Obligeant les spectateurs à se demander : La folie a-t-elle ses raisons ? Fallait-il enfermer Camille ? Sachant que cette dernière confia un jour : « Si on dit que je suis folle, j’aimerais que ce soit vrai. »


Distribution : Laura Poirot-Fraschini (Camille Claudel), Karen Mengin (Thérèse/Solange), Éric Vincent (Paul Claudel), François Vaxelaire (Dr Michaux), Xavier Battistella (Eugène Blot), Mireille Lemaire (Jessie Lipscomb), Julien Vincent-Viry (lumières et son), René Vincent-Viry (mise en scène, création décors), Françoise Vincent-Viry (costumes).


Durée : 1 h 30


À noter : Camille Claudel a des origines bressaudes : elle passait ses étés chez ses grands-parents à La Bresse, avec son frère Paul Claudel, futur Académicien. C’est d’ailleurs le Festival de sculpture Camille Claudel qui accueille la première représentation de ce spectacle.

Samedi 30 avril à la Maison de La Bresse

La Compagnie Cent Scènes participe à la rencontre - hommage à Jean-Paul Didierlaurent, l'auteur bressaud décédé en décembre dernier. Des lectures de ses nouvelles et d'extraits de ses romans seront proposées par les deux compagnies de théâtre bressaudes et par un comédien professionnel, Philippe Berranger (les Avocats du Diable), à l'occasion de la remise du prix Erckmann-Chatrian.

Une belle occasion de découvrir cet auteur et ses romans.

Vendredi 22 avril au Petit Théâtre du Neufpré

 

Dans le cadre du 30è festival de sculpture...

Notre prochain spectacle à la salle Grand Ecran à La Bresse

                                                                                  10 mars 1913.Atelier de Camille Claudel, 19 quai Bourbon, Paris.

 Deux infirmiers forcent la porte. Comme Camille s'est barricadée, ils sont obligés de passer par la fenêtre. Quelques minutes plus tard, ils la "balancent" dans leur fourgon. Direction : l'asile de Ville-Evrard à Neuilly-sur-Marne. Raison de l'internement : démence paranoïde avec délire de persécution. Camille a 48 ans. La voilà enfermée pour toujours. Jusqu'à sa mort, 30 ans plus tard. Comment en est-on arrivé là ? L'internement était-il inévitable ?

 

  Dans sa pièce Camille Ad Honores publiée en 2008, France Gros remonte le fil du temps et invite les spectateurs à s'interroger. Sur le destin tragique de Camille. Sur sa fameuse « folie ». Plus généralement, sur notre rapport à la folie : celle des êtres qui nous sont chers et qui, parfois, s'éloignent de nous. Lentement, et irrémédiablement. Que nous ne « comprenons » plus. Sa pièce nous convie à regarder, la folie de Camille (si folie il y eut) droit dans les yeux. A l'état brut. Dans toute sa nudité. En train de « se créer », le temps de quelques scènes. Obligeant les spectateurs à se demander : « La folie a-t-elle ses raisons ? Fallait-il enfermer Camille ? ». Sachant que cette dernière confia un jour : « Si on dit que je suis folle, j'aimerais que ce soit vrai. »

 

 

D'autres séances au Petit Théâtre du Neufpré le vendredi 3 juin - vendredi 1er et samedi 2 juillet.

Écrire un nouveau commentaire: (Cliquez ici)

123siteweb.fr
Caractères restants : 160
OK Envoi...

MICHELE | Réponse 10.05.2017 09:21

Je suis impatiente de te voir Sophie, je pense dans un nouveau registre
Bisous
Bonne chance

Bisous

Dominique Voinson | Réponse 29.04.2017 12:56

Bonjour,
un petit coup d'oeil sur votre site. Ceci dit, j'avais réservé à Remiremont sans savoir le contenu de la pièce. Une fois de plus, on va se régaler...

Voir tous les commentaires

Commentaires

10.05 | 09:24

Sophie, tu n'es pas sur la photo?????

BISOUS

...
10.05 | 09:21

Je suis impatiente de te voir Sophie, je pense dans un nouveau registre
Bisous
Bonne chance

Bisous

...
29.04 | 12:56

Bonjour,
un petit coup d'oeil sur votre site. Ceci dit, j'avais réservé à Remiremont sans savoir le contenu de la pièce. Une fois de plus, on va se régaler...

...
26.02 | 13:08

Ça avance super bien et rendez-vous à La Bresse les 10 et 11 avril pour les premières représentations.

...
Vous aimez cette page